Droit de grève

Le droit de grève est un droit fondamental reconnu à chaque salarié et protégé par la Constitution.

Définition du droit de grève

La grève est un mouvement de contestation :

  • collectif (Il suffit de deux personnes. Il n’y a pas grève si l’arrêt de travail concerne un seul salarié sauf s’il s’associe à une grève nationale),
  • entraînant une cessation totale du travail des grévistes,
  • effectué dans le but d’obtenir la satisfaction de revendications d’ordre purement professionnel (amélioration des conditions de travail, du salaire, de la sécurité sur les lieux de travail…).

Conséquences de la grève

La grève suspend le contrat de travail mais ne le rompt pas. Un gréviste ne peut pas être licencié sauf en cas de faute lourde (intention de nuire à l’entreprise ou à l’employeur).

L’employeur ne peut pas, à la suite d’une grève, opérer des discriminations en matière de rémunération ou d’avantages sociaux entre grévistes et non-grévistes.

L’employeur peut retenir sur la paye la part du salaire correspondant à la durée de la grève.

Obligations des grévistes

Le droit de grève doit s’exercer sans abus. Ainsi, les grévistes sont tenus de respecter le travail des non-grévistes.

De façon pratique, un salarié souhaitant faire grève doit l’inscrire dans l’outil e-congé sous la rubrique « Absence autorisée non payée » et indiquer le motif de l’absence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*